lundi, septembre 11, 2006

Alexandre Vialatte

Je ne saurais dire qui m'avait fait cette commande,mais c'était un reve:illustrer sur plaques de céramique,l'oeuvre de Kafka.J'avais du utiliser le bleu de Delphes et l'oxyde de cuivre.Je sortais de l'école des Arts Appliqués du Lycée de Sèvres.Qui donc avait eu cette idée qui m'a projetée très jeune dans la pensée créatrice.C'était un" Hommage à Alexandre Vialatte", le traducteur de Kafka.Je me souviens qu'il y avait aussi un de ses romans,illustré aussi:"Le fidèle berger".Ce que j'avais produit n'était pas trancensdant mais ce travail avait ouvert mon esprit.La pièce de théatre écrite par André Gide "Le procès"m'avait largement interrogée.Qui n'aurait aimé etre transformé en "bubon d'insecte", lors d'une descente de la Gestapo...?"La métamorphose"laisse sans voix.J'ai aimé le personnage de l'arpenteur dans "Le Chateau".Monsieur K interprété par Jean-Louis Barrault,au Théatre de l'Odéon ne m'avait pas plu.C'était surtout un mime fabuleux.Il m'avait semblé qu'Orson welles eut été un merveilleux Monsieur K.Ce soir-là,j'ai préféré "la cerise à l'eau de vie " de l'entracte,c'était plus rassurant,j'étais un peu immature..."Hommage donc à Alexandre Vialatte"! Sans lui,nous n'aurions pas eu,la connaissance de ce monde créé par Frantz Kafka !...Nous l'aurions eu plus tard,mais bien trop tard!

3 commentaires:

Ornais a dit…

Remercions aussi l'ami de Kafka qui plutot que de detruire ses ecrits , les a publiés

diplodocus continental a dit…

@ Ornais Oui,merci à Max Brod de les avoir conservés,merci à vous Ornais,d'etre présent.Je n'en méritais pas tant.

diplodocus continental a dit…

Le petit chef d'oeuvre que je garde en moi,c'est "la Colonie Pénitenciaire"...Imaginez l'adoration de "la Herse" par ceux qui sont broyés par elle...Aimer son bourreau et le fameux syndrome de Stockolm qui vous permet de le défendre.Pourtant, quand plus tard,je me trouvais dans cette situation,je n'ai pas su identifier la leçon de Kafka.